SOARS 2.0

February 14, 2020

SOARS 2.0

L’an dernier, Voile Canada a conclu une entente avec US Sailing pour que les responsables de Voile Canada utilisent SOARS. Cela semblait être une meilleure idée que d’essayer de développer notre propre logiciel ou de continuer à utiliser la feuille de calcul Excel que j’avais développée pour enregistrer mes activités de jugement. SOARS tient un registre des événements pour tous les types d’officiels de voile.

Véritable temps des confessions: je suis la pire recordman du monde. Je commence chaque année de la même manière; cette année, je garderai un tableau récapitulatif de mes dépenses pour mon impôt sur le revenu afin de ne pas avoir à tout faire en même temps et à chercher les reçus, et je garderai mes dossiers de jugement à jour. Chaque année se termine de la même manière, avec seulement le tout premier élément correctement enregistré.

C’est avec un certain scepticisme que j’ai approché SOARS pour la première fois. Mon premier événement en 2019 a été aux États-Unis, où j’ai travaillé avec d’autres juges américains, qui utilisent régulièrement SOARS. J’ai découvert, à ma grande joie, que l’événement avait déjà été inscrit avec les informations importantes. Tout ce que j’avais à faire était d’ajouter l’événement à mon «journal de bord» et de remplir mon rôle. Cela a pris environ deux minutes. C’est un rêve pour le moche recordman!

Alors que l’été avançait, j’ai réalisé que la procrastination fonctionnait en ma faveur (je ne devrais pas partager cela). Si je n’essayais pas de saisir mes informations avant une semaine environ, un juge ou un officier de course américain aurait «créé» l’événement, il ne faudrait donc pas du tout pour ajouter l’événement à mon journal de bord. J’ai également découvert que si j’avais choisi les bons fonctionnaires canadiens avec lesquels travailler, ils auraient fait de même.

Puis le jour est venu où j’ai réalisé que j’allais devoir créer un événement. J’aurais peut-être dû chercher une chose ou deux, mais honnêtement, cela ne prend pas de temps du tout, même pour ceux d’entre nous qui ont des problèmes d’organisation. Et bien que je ne sois pas luddite, je ne suis pas non plus particulièrement enclin à la technique, à moins d’être mesuré par rapport à mon conjoint. Je n’ai même pas eu à télécharger les instructions pour le faire. SOARS est définitivement convivial.

La seule véritable lacune que j’ai trouvée est que le journal ne conserve pas un onglet visible des juges ou des membres du comité de course ou d’autres officiels lors d’un événement. Le nom du PRO et du CRO sont répertoriés, tout comme le juge en chef ou le juge-arbitre en chef, mais les autres membres du CR ou du jury ne figurent pas sur la partie publique de l’événement. Je les ai saisis sous «Commentaires» sur ma page de journal, mais c’est un peu maladroit, d’autant plus que j’ai commencé seulement aujourd’hui, donc je dois les chercher tous. Je suis sûr que ceux qui ont créé l’événement ont également une liste, il serait donc beaucoup plus facile pour moi comme si ces informations étaient stockées pour que tous puissent les voir.

Je n’ai pas testé la meilleure partie, c’est que Voile Canada a accès à mes dossiers, donc lors de ma prochaine demande de recertification, SC sera en mesure de transmettre mes journaux au Sous-comité des juges pour examen. Je n’aurai pas à demander à mes collègues juges de me fournir toutes les informations!

Wendy Loat, juge nationale maintenant au sommet de sa tenue de dossiers


  • Rolex
  • Helly Hansen
  • Gallagher Skippers' Plan
  • MasterCard BMO Voile Canada
  • Government of Canada